Légionellose ou maladie des vétérans

Qu’est-ce que la légionellose ou maladie des vétérans ?

La maladie du légionnaire est provoquée par une bactérie appelée « Legionella pneumophila». Elle est présente dans les sols et les eaux de surface (rivières et lacs), et ne présente aucun danger lorsqu’elle est ingurgitée (l’acide chloridrique présent dans notre estomac la détruit). Cependant, il en est autrement lorsqu’elle est inhalée via de fines gouttelettes d’eau car dans ce cas, le développement de la maladie (une forme de pneumonie) s’est avéré mortel dans 5 à 15% des cas recensés.

La maladie doit son nom au fait qu’elle s’est pour la première fois déclarée auprès d’un groupe d’anciens combattants (American Legion of Pennsylvania) qui s’étaient réunis pour un congrès dans un hôtel et qui ont été contaminés via le système de climatisation de l’établissement.

 

Comment prévenir ?

L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) recommande, afin d’éviter le développement épidémiologique de la bactérie, d’amener les réserves d’eau chaude à une température de 60°C et de maintenir la température de l’eau dans le circuit à 50°C. À défaut, l’usage du chlore dans certaines proportions est conseillé.

En 2002, le Gouvernement flamand a, quant à lui, pris un Arrêté visant à prévenir la maladie dans les espaces accessibles au public. La Communauté française n’a pas pris de dispositions d’une telle ampleur (la seule réglementation existante concerne les piscines).

 

L’arrêté Légionella

Qui est concerné ?

Sont concernés tous les endroits accessibles au public où des personnes sont susceptibles d’être exposées à des systèmes pouvant dégager des aérosols (nébulisation de l’eau dans l’air), sauf les endroits pour lesquels l’exploitant peut démontrer qu’ils ne sont visités que par un maximum de 10 personnes par jour. Les clubs de football sont donc directement concernés.

 

Dans tout le pays ?

Étant donné qu’il s’agit d’une matière communautaire, ne sont concernés que les clubs situés en Flandre et en région bilingue de Bruxelles-Capitale pour autant qu’ils appartiennent exclusivement à la Communauté flamande.

 

Mise en conformité des installations

Les spécifications techniques auxquelles doivent répondre les installations sont précisées à l’Article 4, § 1 à 3*.  L’installateur devra fournir un certificat de conformité après l’installation ou l’adaptation de l’alimentation en eau.

Les installations en eau existantes doivent être mises en conformité avant le 10 janvier 2013.

 

Plan de gestion

Le plan de gestion concerne toutes les alimentations en eau (dont les systèmes de circulation, les tours aéro-réfrigérantes et le système de climatisation). Il doit comporter une description du système, une analyse des risques et la description des mesures de prévention à appliquer.

Le club est bien sûr tenu d’appliquer les mesures de prévention et de contrôle prévues dans le plan de gestion.

Le plan de gestion doit être établi avant la première mise en service de l’installation. Il doit en outre être réévalué au moins tous les 5 ans ou à chaque fois qu’une modification de l’installation intervient et est susceptible d’influencer le risque de développement de la bactérie.

 

Tenue d’un registre

Afin que l’administration puisse s’assurer de la bonne exécution des mesures prescrites par l’Arrêté, un registre doit également être établi dans lequel sont reprises toutes les données pertinentes (relevés de température…). Ces dernières doivent être conservées pendant une durée de trois ans et pouvoir être consultées par les fonctionnaires chargés du contrôle.

 

Brochure

La  brochure explicative de la Communauté flamande vous fournira toutes les explications complémentaires et les modèles de documents appropriés.