Le Fonds Jo Vanhecke soutient huit projets de clubs de football qui intègrent des personnes fragilisées, impliquent le voisinage et/ou encouragent un esprit positif autour du foot. De nombreux clubs de football s’efforcent de préserver sécurité et ambiance positive sur et autour du terrain, ou permettent à des personnes en difficultés de participer à la vie sportive du club. Le Fonds Jo Vanhecke, géré par la Fondation Roi Baudouin, soutient des projets qui, via le football, renforcent la cohésion sociale et la sécurité. Cette année, le Fonds a sélectionné huit projets qui obtiennent une aide financière allant de 3.000 à 7.500 euros : trois initiatives en Fédération Wallonie-Bruxelles et cinq en Flandre. Ces projets bénéficient d’un soutien total de 42.000 euros.
 
Ainsi, le Fonds soutient :
  • l’Association des Clubs Francophones de Football qui, en partenariat avec l’ancien Diable Rouge Mbo Mpenza, a développé le ‘Mbo Mpenza challenge’, un projet de challenge sportif pour les enfants. Le projet met en valeur les enfants et les clubs de football amateurs en Fédération Wallonie-Bruxelles, et encourage les groupes les plus vulnérables (enfants réfugiés, en difficulté familiale ou avec un handicap) à participer.
  • le Royal Olympic Club Charleroi, qui a développé une école de devoirs pour les enfants de l’école des jeunes de football. Le projet prévoit aussi des ateliers pour les parents destinés à encourager une attitude positive autour du terrain.
  • Le Royal Aywaille Football Club, qui permet aux jeunes réfugiés et demandeurs d’asile, ainsi qu’aux enfants socialement démunis, d’intégrer le club de football en leur offrant l’affiliation et les équipements, et en leur permettant de participer aux matchs.
  • Le Club de Bruges organise, la compétition de football de rue ‘Community Champions’ avec 12 équipes composées de personnes issues des quartiers brugeois, en particulier les quartiers défavorisés.
  • Le SV Zulte Waregem s’engage en faveur de la lutte contre la drogue dans les tribunes avec la campagne‘Ik amuseer me zonder’.
  • À Gand, les coaches du KAA Gent mènent toutes sortes d’initiatives en faveur de la cohésion sociale dans le quartier du Nieuw Gent-Steenakker, près de Ghelamco Arene, avec des projets qui s’adressent tant aux tout petits qu’aux seniors.
  • L’OH Leuven prévoit des cours de néerlandais et un accompagnement de carrière pour les membres de l’équipe composée de réfugiés qui s’entraînent et jouent des matchs de compétition. À Lier, le K.Lyra-Lierse s’appuye, après la fusion des deux clubs, sur la participation des supporters (sur le plan du contenu et de la logistique) pour favoriser la sécurité dans le stade.